Mgr Ballot lettre 4

Chambéry, le 27 avril 2020

A tous les catholiques de Savoie

Philippe BALLOT
Archevêque de Chambéry
Evêque de Maurienne
et de Tarentaise
« L’Espérance ne déçoit pas »
Référence : 2020.35

Chers amis, chers frères et sœurs,
Comme vous en a informé le père Michel Euler, il nous est proposé d'être en communion tous
ensemble au moment de la célébration des vêpres dimanche prochain 3 mai, journée mondiale des
vocations.
Il est certain que cette période particulière du confinement nous invite à entrer en relation avec Dieu
et les autres d'une manière inhabituelle, sûrement plus profonde et plus vraie. Elle nous invite à aller
au cœur de chacune de nos vies. Elle nous invite à vivre, dans le don de soi et la fidélité, chaque état
de vie dans lequel nous sommes. Elle nous invite à accueillir ce que le Seigneur peut nous dire dans
sa Parole, dans l'histoire de l'Eglise, à travers les rencontres que nous avons vécues durant notre vie,
à travers les témoignages reçus, à travers ce que nous voyons aujourd’hui à nos portes ou sur la toile,
à travers les questions que nous nous posons… Nos cœurs et nos intelligences sont peut-être alors
plus disponibles, moins encombrés.
Je vous partage quelques passages de la Parole de Dieu qui me touchent plus particulièrement à cette
occasion et j’évoque la vie de deux Saints, Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte-Face et
Saint-François de Sales. Cela peut nous aider à nous préparer à ce moment interdiocésain.
Vous trouverez donc un extrait de « l'histoire d'une âme » de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de
la Sainte Face, lorsque, alors qu'elle est dans l'épreuve de la foi, elle dit combien elle aurait voulu
vivre toutes les vocations à la fois et combien elle comprend qu'elles s'enracinent toutes dans l'Amour
et qu'en étant carmélite, retirée, elle vit en fait profondément la vérité de cette vocation à l’Amour.
Saint-François-de-Sales vient d'être admiré, reconnu, ayant réussi ses études, son père ayant un projet
de mariage pour lui. Une belle situation lui est proposée, mais au retour du Sénat de Savoie, il
comprend, alors que tout lui est ouvert et tracé pour son avenir, qu'il doit annoncer qu'est présent dans
sa vie une petite voix qui l’appelait à devenir prêtre. Ce tournant dans sa vie est signifié par le petit
oratoire de Sonnaz à quelques kilomètres de Chambéry. En effet à cet endroit présumé, il tombe trois
fois voyant à chaque fois le signe de la croix. Il abandonne sa place au Sénat de Savoie et deviendra
prêtre.
C'est aussi une chute qui entraîne la conversion de Paul. Le persécuteur devient l'évangélisateur. Il
est intéressant de remarquer que, le 25 janvier, on fête la conversion de Saint-Paul que l'on appelle
aussi volontiers la vocation de Saint-Paul. Toute vocation implique en effet un certain retournement
dans sa vie, une conversion. On ne devient pas prêtre parce qu'on s'épanouirait mieux dans cette
fonction. On ne choisit pas le célibat parce qu’on aurait eu des échecs amoureux ou parce que nous
doutons que nous puissions durer dans une vie de couple. Lorsqu'on entre dans un état de vie : le
mariage, la vie religieuse, la prêtrise etc. il y a un don de soi irrévocable que l'on fait dans une
disponibilité la plus totale à l'œuvre de Dieu, à son action que nous ne pouvons contrôler, maîtriser
dominer.
Le prophète Amos l'explique très bien quand il dit qu'il n'a pas choisi d'être prophète, qu’il n'était pas
fils de prophète et que Dieu est venu le chercher au cœur de son travail de bouvier et de pinceur de
sycomore.
Enfin, j'aime beaucoup la vocation d'Élisée. Appelé à le suivre par le prophète Elie, il voudrait
continuer un petit peu encore pour mettre les choses en ordre et saluer sa famille. Devant la réaction
d’Elie, il comprend qu'il doit répondre maintenant. Il sacrifie alors, sur le champ, son outil de travail
pour l'offrir au Seigneur. Il part.
Nous pouvons aussi lire le très beau chapitre V de la constitution Lumen Gentium du concile Vatican
II : L'appel universel à la sainteté. De même, la belle homélie de Benoît XVI à la veillée de prière des
JMJ de Cologne le 20 août 2020 (http://www.vatican.va/content/benedictxvi/fr/speeches/2005/august/documents/hf_ben-xvi_spe_20050820_vigil-wyd.html) dans laquelle il
affirme que les vrais réformateurs de nos sociétés sont les saints, connus ou « de la porte à côté »
comme l’a écrit le pape François (lettre apostolique « Gaudete et exultate »)
Le Seigneur continue de travailler dans notre monde, il continue d'appeler. Qu’au cours des vêpres
que nous pourrons vivre tous ensemble en communion les uns avec les autres nous laissions nos cœurs
et tout particulièrement nos intelligences être disponibles !
Très fraternellement avec le Christ mort et ressuscité toujours à nos côtés.
 Mgr Philippe Ballot,
Archevêque de Chambéry,
Évêque de Maurienne et de Tarentaise