homélie de l'épiphanie 2015

 Ce matin nous sommes invités à faire un voyage sans bouchons, avec nos amis les mages.

Une étoile se lève dans leur ciel et ils se mettent en marche. Suivons-les.
L'étoile leur ouvre la route de l'Orient jusqu'à Jérusalem. Là, plus d'étoile pour les guider jusqu'au roi des juifs qui vient de naître et qu'ils veulent adorer. Que faire ? Ils vont s'adresser au roi Hérode qui est terriblement bouleversé en entendant parler du roi des juifs qui vient de naître...
Il va se renseigner auprès de spécialistes de la Bible. Ceux-ci parcourant les Ecritures  trouvent cette citation du prophète Michée : "Et toi Béthléem, terre de Juda, tu n'es certes pas le dernier des chefs-lieux de Judée, car de toi sortira un chef qui sera le berger de mon peuple Israël." (Mi.5,1).
Hérode renseigne alors les mages et d'une façon largement hypocrite, leur dit : "Une fois que vous l'aurez adoré, revenez me voir pour que je puisse aller l'adorer moi aussi. Un petit détours pour connaître une peu mieux Hérode. C'est un être sanguinaire à la solde des romains  de qui il tient son pouvoir. Il tient tellement à son pouvoir qu'il tue froidement ceux qui pourraient être des obstacles pour lui, y compris des membres de sa propre famille. Les mages ne revenant pas le renseigner, il va ordonner le meurtre des enfants de moins de deux ans dans la région de Bethléem et  supprimer ainsi le concurrent "roi des juifs".
L'on pourrait dire qu'avec Hérode et ses tueurs c'est la nuit sur Jérusalem et Bethléem. D'où l'absence d'étoile.
Mais nous pouvons noter que même au coeur de la nuit la plus sombre, la Parole de Dieu en Michée est l'Etoile qui guide les hommes de paix.

Dans notre propre vie et dans la vie du monde actuellement, il  y a des nuits parfois profondes, mais le Seigneur ne nous abandonne jamais, la joie de le rencontrer, si nous prêtons attention à lui, est l'étoile qui vient nous éclairer et nous réconforter.

Arrivés à Bethléem, avec l'étoile qui les guide de nouveau, les mages éprouvèrent une très grande joie.
Adorant l'enfant Jésus, ils lui offrent leurs cadeaux : l'or pour un roi, l'encens pour un Dieu, la myrrhe qui servaient à embaumer les morts...
Et ils repartent par un autre chemin : pensez au chant à la fin d'une messe : "Ne partez pas chez vous, comme avant !"
Retenons de cette fête : La Bonne Nouvelle est pour tout le monde.

Quelle est l'étoile qui nous guide même dans nos nuits les plus profondes ?
Sommes nous les heureux disciples-missionnaires comme le pape François nous le demande ?

Père Michel NICOLAS